Sur la plage une cérémonie semblable à celles du Ku Klux Klan inquiète les riverains

Dans la nuit du 24 au 25 juillet 2019, une cérémonie semblable à celles du Ku Klux Klan a été observée sur la plage de Cricqueboeuf (Calvados) entre Trouville et Honfleur.

L’histoire est racontée par Geneviève, une vacancière qui a loué, pour quelques jours, une maison à proximité de la plage de Cricqueboeuf (Calvados), une petite commune de 300 habitants située au bord de la mer, à mi-chemin entre Trouville-sur-Mer et Honfleur.

Dans la nuit du 24 au 25 juillet 2019, la vacancière et plusieurs membres de sa famille ont été témoins d’une scène insolite et pour le moins saisissante.

Nous rentrions du restaurant. Après avoir passé un long moment sur la terrasse à discuter, nous avons été intrigués par une lueur étrange qui provenait de la plage. Ma fille et ma belle-fille ont décidé d’aller voir ce qui s’y passait. Lorsqu’elles se sont approchées, elles ont clairement observé une douzaine de personnes autour d’une croix en feu d’une hauteur comprise entre 2,50m et 3m.

Les deux jeunes femmes, effrayées, courent se réfugier dans la maison. Mais Geneviève, accompagnée de son fils et son gendre, décident d’aller à leur tour voir la scène. Elle raconte :

Ces personnes étaient toutes vêtues de chasubles blanches avec une croix rouge. Sur la tête, ils avaient des cagoules en pointe qui comportaient des trous pour les yeux, exactement comme celles des membres du Ku Klux Klan. Certains participants à la scène avaient, à la main, des flambeaux en forme de croix. D’autres des épées. Une seule personne ne portait pas de cagoule et se tenait face à la grande croix embrasée.

D’après la vacancière, toute la scène s’est déroulée dans le silence le plus total.

On n’entendait que le crépitement de la croix enflammée.

Se sentant observés, les participants à la cérémonie se sont décalés vers la partie à l’Est de la plage. Les membres de la famille, quant à eux, ont pris peur et se sont enfermés dans la maison d’où ils ont appelé la police. Au bout du fil, l’agent les as renvoyés vers la gendarmerie que Geneviève n’a pas réussi à joindre avant 8 h, le lendemain matin.

Une demi-heure après avoir observé ce rituel pour le moins singulier, Geneviève et les siens ont entendu le groupe quitter la plage.

Ils ont longé la haie qui sépare la maison de celle des voisins alors qu’il n’y a pas de chemin. J’ai clairement entendu un homme dire  » à plus tard » et des claquements de portières.

Dans l’après-midi, deux gendarmes envoyés sur les lieux constatent la présence des cendres de la croix et de signes tracés avec des pierres sur le sable. « L’un des deux a saisi des choses qui se trouvaient dans le trou où la croix a brûlé », raconte Geneviève.

Des interrogations en chaîne

Les gendarmes ne croient pas à une cérémonie rituelle mais évoquent la possibilité d’un enterrement de vie de garçon. Pourquoi pas ? Mais qui a déjà vu une telle coutume se dérouler en catimini en pleine nuit et dans le plus grand silence ? Avec des vêtements de cérémonie aussi conformes à l’organisation suprémaciste ?

Quant aux rares riverains présents cette nuit là, ils confirment avoir entendu du bruit et l’un d’entre eux a vu les restes de la croix consumée sur la plage.

L’un d’eux se souvient :

Il y a quelques années, il y avait des rites sataniques dans le blockhaus à deux pas d’ici.

Ce qui confirme une chose : la plage de Cricqueboeuf est l’endroit idéal pour des pratiques secrètes. Ou presque…

Source ; actu.fr

error

Author: admin

Laisser un commentaire