La maison hantée de la maitresse sauvage

Cette maison, acquise par Delphine Lalaurie et son mari en 1831 au 1140 rue Royal, à la Nouvelle-Orléans, accueillit de nombreuses réceptions mondaines. Son train de vie somptueux était servi par un grand nombre d’esclaves.

En 1833, un voisin déclara à la police avoir vu Delphine Lalaurie fouetter sans pitié une jeune esclave noire qui sauta du toit dans un effort désespéré de lui échapper et se tua. Cependant même à cette époque, les mauvais traitement des esclaves étant illégal, la société commença à éviter la famille Lalaurie, et de persistantes rumeurs commencèrent alors à courir au sujet de leurs serviteurs.

En 1834, un incendie se déclara. Des voisins pénétrèrent de force dans la maison pour sauver ce qui pouvait l’être, et trouvèrent derrière une porte fermée à clef sept serviteurs affamés et enchaînés par les jambes et par le cou.

Les Lalaurie durent fuir précipitamment pour la France pour échapper à la foule.

La maison fut ensuite restaurée, mais les Lalaurie ne revinrent jamais. ( de leur vivant )

Après sa mort à Paris le , le corps de Delphine Lalaurie fut rapatrié à la Nouvelle-Orléans dans le plus grand secret.

Certains disent que depuis lors, la maison est hantée par les esprits des malheureux et que l’on y entend des gémissements, des cris et des claquements de fouet.

Delphine Lalaurie était une femme influente dans le milieu des affaires de son époque, elle était connue comme une femme dotée d’une grande et exceptionnelle gentillesse aux yeux de son public.

Mais en réalité d’après les personnes qui la côtoyaient c’était une femme exécrable, impulsive qui s’en prenait physiquement et moralement à ses filles ainsi qu’à ses esclaves.

Un jour elle a même battue ses filles parce qu’elles avaient nourries en cachette une des esclaves attachée dans la cuisine, pour dire ses deux précédant maris perdirent la vie dans des circonstances assez étranges et à savoir que ses deux précédant maris étaient deux hommes fortunés.

Delphine Lalaurie était pratiquante du vaudou, elle fut initiée par la grande Marie Laveau grande investigatrice dans le domaine de l’occulte.

Nicolas Cage : ex propriétaire de la maison à dit en 2010 « S’il y a quelque chose à l’intérieur, je refuse qu’on l’exploite.

Selon le site psycho-criminologie.com Delphine Lalaurie été une tueuse Sadique au profile psychopathe.

Delphine Lalaurie : a inspiré le personnage du même nom dans la série American Horror Story, Coven sous les traits de Kathy Bates.

Novembre 2019 : les frères Hayes créateurs de Conjuring ont aussi jeté leur dévolu sur la maison pour leurs prochains films.

Si vous avez la chance de visiter la Nouvelle-Orléans, voici un site qui pourrait vous intéressé haunted history tours

error

Author: admin