Amityville l’histoire de la maison du diable

La maison d’Amityville a pour théâtre une demeure située au 112 Ocean Avenue, dans la petite ville côtière d’Amityville, sur Long Island, à l’est de New York, États-Unis. C’est une petite bourgade calme et typiquement américaine. La demeure se situe à deux pas de l’océan sur Long Island. De style colonial, elle fut bâtie en 1928 et comporte trois étages

L’affaire Amityville

En 1965, la famille DeFeo achète et s’installe dans la maison. Le père, Ronald DeFeo Sr., est directeur général de La Brigante-Karl Buick Concession à Brooklyn. Il est marié à Louise Brigante et ils ont cinq enfants : Ronald Jr., 23 ans, Dawn, 18 ans, Allison, 13 ans, Mark, 12 ans et John 9 ans.

Le 13 novembre 1974, à 18 h 35, la police reçoit un appel téléphonique d’un certain Joey Yeswit. Ce dernier les appelle pour leur prévenir qu’un jeune homme est passé dans un bar pour signaler que toute sa famille avait été tuée, qu’il s’est rendu sur les lieux avec le jeune homme et plusieurs autres personnes et qu’ils y ont en effet découvert les cadavres de toute la famille. Dix minutes plus tard, la police arrive sur les lieux et y constate le meurtre de toute la famille DeFeo.

Ronald DeFeo Jr. affirme avoir passé la nuit chez ses parents mais ne pouvant s’endormir, avoir quitté la maison vers 4 heures du matin pour aller travailler. Il prétend avoir ensuite passé la journée à travailler, essayé plusieurs fois de contacter ses parents par téléphone et finalement décidé d’aller les voir en fin de journée, découvrant ainsi le massacre. Au fur et à mesure des interrogatoires, les doutes des policiers et les contradictions du fils aîné amènent les inspecteurs à le considérer comme suspect. Finalement après plusieurs heures d’interrogatoire, Ronald DeFeo Jr. avoue le crime.

Le soir du sextuple meurtre

Le mercredi 13 Novembre 1974 vers 3 h du matin, Ronald DeFeo Junior finit d’écouter un film appelé Castle Keep.
Il prend son fusil 35 mm et assassine son père, sa mère, ses deux frères et deux soeurs pendant qu’ils dorment dans leurs lits.

 

Certains sont tués dans leur sommeil, d’autres auront le temps de se réveiller avant leur assassinat :

• Ronald Senior reçoit 2 balles dans le dos. Entrées par le cou, elles traversent ses reins et sa colonne vertébrale. Le coroner indique que la victime a essayé de se déplacer vers le haut avant de mourir. Il a été vivant de quelques secondes à quelques minutes avant de succomber à ses blessures.

• Louise reçoit elle aussi 2 balles : une entre et sort par son poignet gauche. La 2ème détruit son poumon, son diaphragme, sa cage thoracique et son foie. Elle se dirige vers la porte et meurt 10 minutes après la fusillade.

• Mark et John reçoivent des tirs à bout portant (moins de 2 pouces). Les balles pénètrent le coeur, les poumons, le diaphragme et le foie de chaque victime. La moelle épinière de John est touchée sévèrement.

• Allison est réveillée et a le temps de voir la muselière du pistolet avant qu’il reçoivent la balle en plein tête. La balle est sortie, a frappé le mur et a rebondi par terre.

• Dawn à reçu une balle à bout portant également (moins de 3 pouces) dans le bas de son cou. La balle est sortie par l’oreille gauche.

Phénoménes relatés par la famille Lutz

* Des cris la nuit.

* Des gens qui marchaient la nuit.

* La températures variait dans la maison.

* Des taches sur la moquette le matin.

* La porcelaine des toilettes qui devenait progressivement noire.

* Un labrador noir, a sauté par-dessus la clôture et sa chaine était trop courte et il s’est retrouvé pendu de l’autre côté.

* Une des premières actions des Lutz est de demander à un prêtre, le Père Ralph Pecoraro, de venir bénir la maison. Au cours de la bénédiction, le prêtre dit entendre une voix, forte, semblant venir de nulle part, lui disant simplement : Va-t-en!!

* apparition de nuées de mouches malgré la saison hivernale

* George Lutz est tiré de son sommeil chaque nuit vers 3h15

* Mélissa, la cadette, évoque à plusieurs reprises de la présence d’une « amie » du nom de Jodie qui se manifeste à elle en lui assurant qu’elle « resterait toujours dans la maison »

* Un lion de céramique de plus de 1 m de haut se met à bouger tout seul.

* On trouve des empreintes de sabots fourchus dans la neige tout autour de la maison. Les traces mènent tout droit à la porte du garage qui avait été arrachée de ses gonds, une prouesse qui aurait nécessité, une force au-delà de celle d’un être humain.

* Des bras invisibles enlacent; des êtres tentent de posséder.

* Mr Lutz entend une fanfare défiler dans la maison, avec le bruit des bottes et le son d’instruments à vent. Il ne voit rien mais retrouva les tables, les fauteuils et le canapé poussés contre les murs du salon, comme pour laisser le passage à la cohorte endiablée.

* immense silhouette encapuchonnée de blanc, démon cornu ou encore cochon diabolique avec deux yeux ardents.

* Kathy a également commencé à subir une série d’événements troublantes. À plus d’une occasion, elle a expliqué avoir été touché par une personne invisible. Et plus spectaculaire, Kathy affirme que après le réveil d’un sommeil profond, son visage était celui d’une vieille sorcière qui a pris des heures à se dissiper.

Epilogue
Depuis lors, la maison est passée entre de nombreuses mains et aucun des propriétaires qui l’ont achetée après les Lutz n’a jamais signalé une quelconque manifestation anormale.

Alors cette maison reste supposé hanté seulement malgrés sa renom et son histoire.

ce petit garçon serait le fantôme du plus jeune des victimes DeFeo

Epilogue

Depuis lors, la maison est passée entre de nombreuses mains et aucun des propriétaires qui l’ont achetée après les Lutz n’a jamais signalé une quelconque manifestation anormale.
Alors cette maison reste supposé hanté seulement malgrés sa renom et son histoire

error

Author: admin

Laisser un commentaire